Grand Débat National : compte rendu de la réunion locale

La réunion d’initiative locale organisée par la Ville dans le cadre du Grand Débat National a réuni mardi 12 février environ 130 participants, répartis par tables de 8 à 10 personnes, à chacune desquelles était attribué un sujet spécifique, avec la possibilité d’en traiter d’autres (dont « sujets libres »).

Cette restitution est basée sur les fiches de contributions collectives rédigées par chaque table et centralisées par leurs porte-paroles.

 

Préambule méthodologique

Une réunion d’initiative locale dans le cadre du Grand Débat National a été organisée par la Ville de Montfermeil le 12 février 2019 entre 19 h et 21 h 30. Elle a réuni environ 130 participants. Le débat, animé par l’agence de concertation Palabreo, s’est déroulé en format par tables-ateliers. Les participants étaient répartis par tables de 8 à 10 personnes, chaque table s’étant vue attribuer un sujet spécifique, avec la possibilité d’en traiter d’autres (dont « sujets libres »).

Monsieur le maire de Montfermeil a brièvement accueilli les participants. Puis ces derniers ont été invités à échanger par tables-ateliers sur les différentes thématiques du Grand Débat. Pour cela, les participants disposaient de fiches individuelles reprenant les questions des différentes thématiques et d’exemplaires des fiches pédagogiques. Un greffier désigné à chaque table était chargé de prendre en note les discussions. Les tables ont ainsi pu traiter une ou plusieurs thématiques et ont également évoqué des sujets ne relevant pas de ces thématiques.

À l’issue du travail par tables, les porte-paroles/greffiers des différentes tables ont exposé à l’oral les éléments les plus significatifs de leurs discussions.

Le présent compte-rendu a été réalisé par l’agence Palabreo sur la base des fiches de contributions collectives. Les réponses aux questions fermées représentent la somme des réponses des participants ayant contribué à la thématique.

Sommaire

  1. La transition écologique
  2. La fiscalité et les dépenses publiques
  3. Démocratie et citoyenneté
  4. L’organisation de l’État et des services publics
  5. Sujets complémentaires

1. La transition écologique

Q1. Quel est aujourd’hui pour vous le problème concret le plus important dans le domaine de l’environnement ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Autres 7
La biodiversité et la disparition de certaines espèces 5
La pollution de l’air 4
Les dérèglements climatiques (crue, sécheresse) 3
L’érosion du littoral 2

Si « autres », précisez :

  • Pollution aggravée des océans et conséquences sur les animaux marins, anxiété pour l’homme.
  • La pétrochimie plus particulièrement les pesticides produits tueurs des sols et espèces.
  • Pollution de l’eau douce.

Q2. Que faudrait-il faire selon vous pour apporter des réponses à ce problème ?

  • Contrôles plus importants sur les déplacements maritimes et rejets plastiques.
  • Sensibiliser à ces problèmes par l’éducation dès la maternelle.
  • Comportement individuel (amendes et taxes à prévoir, taxer les pollueurs grands armateurs…).
  • Développement du biogaz (toilettes sèches…).

Q3. Diriez-vous que votre vie quotidienne est aujourd’hui touchée par le changement climatique ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
10

Q3. Si oui, de quelle manière votre vie quotidienne est-elle touchée par le changement climatique ?

  • Maladies liées infections, asthme…
  • Surveillance de l’eau.

Q4. À titre personnel, pensez-vous pouvoir contribuer à protéger l’environnement ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
10

Q4. Si oui, que faites-vous aujourd’hui pour protéger l’environnement et/ou que pourriez-vous faire ?

  • Le respect des ordures. Le recyclage.
  • Récupérer l’eau de pluie.
  • Privilégier les transports en commun, covoiturage, autopartage, vélo…
  • Modifier les appareils actuels polluants de chauffage par des appareils à pompe à chaleur (encouragement de l’État).
  • Voitures polluantes (véhicules de plus de 10 ans) encouragement des services publics.

Q5. Pensez-vous que vos actions en faveur de l’environnement peuvent vous permettre de faire des économies ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
10

Q6. Qu’est-ce qui pourrait vous inciter à changer vos comportements comme par exemple mieux entretenir et régler votre chauffage, modifier votre manière de conduire ou renoncer à prendre votre véhicule pour de petites distances ?

  • Initiatives citoyennes par la prise de conscience, d’associations pour des aides financières apportées. Méthode, formation…

Q7. Quelles seraient pour vous les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier pour vous inciter à changer vos comportements ?

  • Développement pour identifier le covoiturage.
  • Développement des transports en commun par fréquence des bus à titre gratuit.

Q8. Par rapport à votre mode de chauffage actuel, pensez-vous qu’il existe des solutions alternatives plus écologiques ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
10

Q8. Si oui, que faudrait-il pour vous convaincre ou vous aider à changer de mode de chauffage ?

  • La finance : complexité parfois du changement de matériel de chauffage.

Q9. Diriez-vous que vous connaissez les aides et dispositifs qui sont aujourd’hui proposés par l’État, les collectivités, les entreprises et les associations pour l’isolation et le chauffage des logements, et pour les déplacements ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
10

Q10. Avez-vous pour vos déplacements quotidiens la possibilité de recourir à des solutions de mobilité alternatives à la voiture individuelle comme les transports en commun, le covoiturage, l’autopartage, le transport à la demande, le vélo, etc. ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non Je n’utilise pas la voiture pour des déplacements quotidiens
10

Q10. Si oui, que faudrait-il faire pour vous convaincre ou vous aider à utiliser ces solutions alternatives ?

  • L’aide par les entreprises par des réductions fiscales.
  • Développement véhicules électriques, vélos électriques…

Q10. Si non, quelles sont les solutions de mobilité alternatives que vous souhaiteriez pouvoir utiliser ?

Nombre de réponses individuelles – plusieurs choix possibles :

Les transports en commun 7
Le covoiturage 5
L’autopartage 3
Le transport à la demande 3
Le vélo 7
Autres

Q10. Si « Autres », précisez :

  • Tarifs aménagés pour parking.

Q10. Qui doit selon vous se charger de vous proposer ce type de solutions alternatives ?

  • La commune avec l’aide de l’État, le département, l’État.

Q11. Pensez-vous que les taxes sur le diesel et sur l’essence peuvent permettre de modifier les comportements des utilisateurs ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
6 4

Q12. À quoi les recettes liées aux taxes sur le diesel et l’essence doivent-elles être avant tout servir ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

À baisser d’autres impôts comme par exemple l’impôt sur le revenu ?
À financer des investissements en faveur du climat ? 2
À financer des aides pour accompagner les Français dans la transition écologique ? 8

Q13. Selon vous, la transition écologique doit être avant tout financée :

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Par le budget de l’État ?
Par la fiscalité écologique ? 10
Les deux ?
Je ne sais pas

Q14. Et qui doit être en priorité concerné par le financement de la transition écologique ?

Nombre de réponses individuelles – plusieurs choix possibles :

Les entreprises
Les administrations
Les particuliers
Tout le monde 10

Q15. Que faudrait-il pour protéger la biodiversité et le climat tout en maintenant des activités agricoles et industrielles compétitives par rapport à leurs concurrents étrangers, notamment européens ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Co-financer un plan d’investissement pour changer les modes de production 7
Modifier les accords de commerciaux 5
Taxer les produits importés qui dégradent l’environnement 9

Q16. Que pourrait faire la France pour faire partager ses choix en matière d’environnement aux niveaux européen et international ?

  • Montrer l’exemple de la bonne gestion de l’environnement.
  • Ligne de conduite moins directive.

Q17. Y a-t-il d’autres points sur la transition écologique sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

  • Laisser un monde plus propre à nos petits-enfants.
  • Développement abordé transition nouvelles formes d’énergies : le thermo-nucléaire.
  • Aider l’installation des petits paysans, prioriser les projets sur les petites surfaces.
  • 100% bio dans les cantines.
  • Remettre l’aliment au cœur du programme scolaire.
  • Table consciente des innombrables problèmes liés à la pollution de l’air et de l’eau.
  • Comment financer toutes les couches de la population en fonction des problèmes liés à l’amélioration du chauffage, encouragements fiscaux insuffisants.

Idées complémentaires

  • Service public des transports : Sécurité des piétons-circulation. Les transports en commun. Le covoiturage. Les parkings extérieurs.
  • Ordures ménagères : Tri sélectif. Taxes ordures ménagères. Recyclage. Apprentissage dès l’école.
  • La consommation : Quels produits ? Éducation à la consommation.

2. La fiscalité et les dépenses publiques

Q1. Quelles sont toutes les choses qui pourraient être faites pour améliorer l’information des citoyens sur l’utilisation des impôts ?

Groupe 1

Sur impots.gouv ou autre moyen d’information. Bilan annuel recettes et dépenses par le Ministère avec possibilité de détails.

Groupe 2

Utilisation plus détaillée des impôts sur le site du gouvernement.

Groupe 3

Une presse plus libre, plus neutre. Au moment où on paie.

Groupe 4

Les rapports de la Cour des Comptes sont fort utiles, mais aucune sanction ou suite judiciaire. Il est indispensable de renforcer le pouvoir de la Cour des Comptes : pouvoir de saisir la justice.

Q2. Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ?

Groupe 1

  • Tout le monde doit payer des impôts à la hauteur de ses revenus (revoir et augmenter les tranches d’imposition, y compris les prestations sociales)
  • Abolir certaines niches fiscales (ex. : fiscalité du luxe, des œuvres d’art). Cependant, conserver celles qui sont créatrices d’emplois et font fonctionner l’économie (ex. : aides à domicile, certains travaux énergétiques).

Groupe 2

  • Plus de fiscalité sur les dividendes.
  • Tout le monde doit payer des impôts sur le revenu pour faire un acte citoyen.
  • Une obligation pour les personnes qui paient l’ISF d’investir dans leur entreprise en France.

Groupe 3

  • Appliquer des taux de TVA différents selon ses revenus. On aurait une carte vitale qui permettrait de différencier les taux. TVA proportionnelle aux revenus.
  • Il faudrait une unification des taux en Europe. Sur internet, en achetant en Belgique, c’est moins cher là-bas.
  • Supprimer l’impôt sur les plus-values immobilières en fonction du revenu. Pas pour les riches.
  • Nous on n’aime pas l’euro depuis qu’il est là il y a des gens qui ne peuvent plus s’habiller, tout a augmenté.

Groupe 4

  • Impôts sur le revenu : Que tous les foyers soient soumis à l’impôt sur le revenu, dès le 1er euro perçu. Que tous les revenus soient pris en compte : salaires, indemnités chômage, prestations sociales… Augmenter considérablement le nombre de tranches fiscales. Le calcul doit être progressif à l’intérieur de chaque tranche.
  • Impôts – Taxe d’habitation : suppression pour tous les foyers. En cas de non-suppression : que les taux soient identiques sur tout le territoire français (îles comprises).
  • Rétablir la ½ part supplémentaire pour les veufs.
  • Les sociétés étrangères qui font des bénéfices en France doivent payer leurs impôts en France, selon la fiscalité française.
  • Plus de plafonnement pour la pension de réversion des veufs (sécurité sociale).

Q3. Pour réduire le déficit public de la France (qui dépense plus qu’elle ne gagne) faut-il avant tout…

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Réduire les dépenses publiques Augmenter les impôts Faire les 2 en même temps Je ne sais pas
23 2

Groupe 1

Aucune réponse ne convient, cependant, après réflexion, autre proposition : meilleure gestion des dépenses publiques.

Groupe 4

Baisse des dépenses publiques : sauf justice, éducation nationale, police et hôpitaux.

Q4. Quels sont selon vous les impôts qu’il faut baisser en priorité ?

Groupe 1

  • TVA sur produits de première nécessité (alimentation).
  • Taxes sur eau/gaz/électricité.
  • CSG.
  • Ne pas augmenter les droits de succession. Ne pas revenir sur les avantages liés à l’assurance-vie.

Groupe 2

  • La TVA, la taxe foncière, les taxes sur les taxes.
  • La TVA sur les produits de 1ère nécessité.
  • Baisse de la CSG.

Groupe 3

  • TVA au taux selon revenu.
  • Impôt plus-value immobilière.
  • Taxe foncière.

Groupe 4

  • TVA : baisse sur les produits de 1ère nécessité et essence. Hausse sur produits de luxe et tabac plus encore. Alcools forts

Q5. Pour baisser les impôts et réduire la dette, quelles dépenses publiques faut-il réduire en priorité ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Dépenses de l’État Dépenses sociales Dépenses des collectivités territoriales (ville, intercommunalité, département, région) Je ne sais pas
25 7 2

Groupe 1

Augmenter les contrôles, afin de limiter les abus, donc les dépenses.

Groupe 3

Certains disent très sévèrement l’encadrement des « dépenses sociales ». Là, beaucoup d’économies sur les fraudeurs. Mais il faut encadrer, il y a beaucoup de profiteurs.

Groupe 4

Dépenses de l’État : Inutilité du Conseil Économique et Social, trop cher, à quoi sert-il ? Révision, diminution ou suppression du Sénat. Anciens présidents de la République, suppression de leur statut et de leurs avantages (gardes du corps, secrétaire…) ou leur conserver leurs avantages et statut pendant 5 ans.

Q6. Parmi les dépenses de l’État et des collectivités territoriales, quelles économies vous semble-t-il prioritaire de faire ?

Nombre de réponses individuelles :

Éducation et recherche Défense Sécurité Transports Environnement Politique du logement Autres
9 2 8

Groupe 4

« Politique du logement » : prévoir le mode d’attribution des logements sociaux

Q6. Si « Autres », précisez :

Groupe 1

  • Cumul des mandats.
  • Égalité des retraites (non-cumul pour les hauts fonctionnaires, sénateurs…).
  • Diminuer le millefeuille administratif (commune, communauté de communes, canton, département, région, État).
  • Réduire significativement la prise en charge des anciens présidents et ministres, les avantages des parlementaires.

Groupe 3

  • Défense : on n’a pas à intervenir dans les pays étrangers. On n’est pas les gendarmes du monde !
  • Sécurité sociale.
  • Santé : pas de cures thermales à ceux qui n’en ont pas besoin.
  • La moquette et la vaisselle de l’Elysée.
  • Les dépenses des élus, leurs retraites. Ils ne croient pas que c’est un euro sur 1 000 de dépenses.
  • Les hauts fonctionnaires de Bercy, les retraites.

Groupe 4

  • Suppression de l’Aide Médicale d’État.
  • Politique du millefeuille administratif : 35 000 communes, régions, départements font augmenter les dépenses de l’État.

Afin de financer les dépenses sociales, faut-il selon vous…

Reculer l’âge de la retraite ? Augmenter le temps de travail ? Augmenter les impôts ? Revoir les conditions d’attribution de certaines aides sociales ? Autres
2 4 1 35 2

Q7. Si « Revoir les conditions d’attribution de certaines aides sociales », précisez lesquelles

Groupe 1

Différentiel dans l’attribution de la prestation sociale entre les personnes qui ont contribué à ladite prestation et celles qui n’ont jamais cotisé.

Groupe 2

Toutes les aides sociales. Toutes sauf la retraite.

Groupe 3

  • RSA.
  • CMU.
  • La prime d’activité. Je touchais les allocations APL, j’ai travaillé on m’a tout retiré pour un euro de plus, on est volé : elle devrait être diminuée par palier. À la table, 2 personnes ont moins d’argent depuis qu’elles travaillent à temps complet et pas à mi-temps comme avant.
  • Retirer les allocations familiales aux enfants « fouteurs de merde » 3 pour, 3 contre, 2 hésitants.

Groupe 4

  • Suppression de l’aide Médicale de l’État.
  • Ne pas attribuer d’aides sociales (de toutes sortes) aux migrants en situation irrégulière.
  • Pas d’attribution du RSA à vie.
  • Suppression de l’allocation de rentrée scolaire. Si elle est maintenue, fournir les factures. Mise en place des marchés publics par académie qui sera chargée d’acheter, de dispatcher les fournitures.

Q7. Si « Autres », précisez

Groupe 1

  • Chasse aux abus sur toutes les prestations sociales (arrêts de travail, chômage, allocations familiales…).
  • En contrepartie du RSA, obligation de travaux d’intérêts généraux.

Groupe 3

  • Augmenter l’âge de la retraite : 9 non, ça dépend des métiers.  À la RATP, il y a des gens qui partent trop tôt, en fonction des enfants, les fonctionnaires peuvent partir trop vite. Alors que ceux qui font les 3/8 meurent avant. Pour la retraite il serait plus logique de tenir compte des années d’activité, pas un âge fixe, si on travaille plus tôt, on part plus tôt.
  • La pénibilité du travail devrait mieux être prise en considération.
  • Moi je suis contre les 35 h, on aurait dû rester aux 39 h, évidemment il y a surcharge. Ceux qui veulent travailler plus, qu’ils aient droit aux heures supplémentaires.
  • Ne pas augmenter les impôts.

Q8. Quels sont les domaines prioritaires où notre protection sociale doit être renforcée ?

Groupe 1

Maladie, vieillesse, retraite, handicap.

Groupe 2

La santé.

Groupe 3

  • Les pensions d’invalidité n’ont pas assez augmenté.
  • Les étudiants : bourse, allocations logement, moyens de transport, sécurité sociale et mutuelle.
  • Protection sociale pour les artisans et petits commerçants. On nous fait remarquer que ça va changer. Idem pour les professions libérales.
  • La prime à la cuve pour les chaudières à fuel.
  • Certains médicaments ne sont plus remboursés.

Groupe 4

  • Mutuelles accessibles pour les retraités.
  • Meilleure prise en compte optique, dentaire, auditive.

Q9. Pour quelles politiques publiques ou pour quels domaines d’action publique seriez-vous prêt à payer plus d’impôts ?

Groupe 1

Aucun, déjà un renforcement des contrôles pour une meilleure gestion de toutes les dépenses.

Groupe 2

Santé et sécurité.

Groupe 3

  • Écologie : 6/8, les deux autres personnes disent que l’écologie c’est à nous de la faire !
  • La recherche médicale, là oui ! 8/8, à condition que ça n’aille pas dans la pub !
  • Pour rien.

Groupe 4

Aucune. Nous en payons suffisamment. Il suffit juste de mieux répartir l’impôt pour résoudre tous les problèmes. Il faut juste renforcer les contrôles pour éviter les gaspillages : d’où l’intérêt de l’utilité de la Cour des Comptes avec beaucoup plus de pouvoir, saisir la justice.

Q10. Seriez-vous prêt à payer un impôt pour encourager des comportements bénéfiques à la collectivité ? Comme la fiscalité écologique ou la fiscalité sur le tabac ou l’alcool ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
3 22

Q11. Y-a-t-il d’autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Groupe 1

  • Ce questionnaire est trop fermé.
  • Il n’aborde pas la question du « train de vie » du Président, des administrations (jet privé…).
  • On peut imaginer faire des économies sans toucher aux acquis, aux dépenses sociales ; mais en mutualisant des dépenses. Poser la question de certaines dépenses (porte-avion ???).
  • Demande de transparence : sur les dépenses et les rémunérations des élus (cumul, conflits d’intérêts…), sur les emplois des collaborateurs (famille…).

Groupe 2

Arrêter de ponctionner les classes moyennes !

Groupe 3

  • La chaudière à 1 euro. J’ai téléphoné c’est passé de 1 euro à 16 000 euros ! Le mec m’a dit faut pas croire. La chaudière est neuve mais je me suis fait arnaquer. Leur pub dit : 1 euro, mais au bout c’est 16 000.
  • Cependant pour l’isolation ça marche.
  • Les chiffres : Retraite à vie de nos présidents beaucoup. Hauts fonctionnaires de Bercy 350 touchent 180 000 et 240 000€/an. Réintroduire l’ISF ? Non pour une partie du groupe : si vous tapez sur les riches ils partent. Sur les pauvres on peut. Oui pour l’autre partie il faut taper, il faut qu’ils paient. TVA = moins de revenus.
  • Économies : frais de l’État, mais surtout gros salaires, retraites président, premier ministre. Social encadré = économies. Plus de social. Étrangers.

Groupe 4

  • Qu’ils s’appellent opérateurs de l’État, ODAC, API, EPIC, SNC, ces diverses agences ou divers opérateurs de l’État sont trop nombreux avec des missions obscures. Qu’attend-on pour nettoyer ces nébuleuses ?
  • Pas de pension pour ceux qui n’ont jamais cotisé.

Sujets complémentaires

  • Revalorisation des retraites et, étant handicapé visuel, revalorisation de la pension AAH : 8 personnes tout à fait d’accord.
  • Taxe d’habitation et taxe foncière : Diminuer ou supprimer la taxe d’habitation est une bonne chose, mais ne pas augmenter la taxe foncière pour autant. Ne pas oublier les compensations promises par l’État, pour ne pas affaiblir les finances des collectivités territoriales. 8 personnes sont d’accord.
  • Salaire du gouvernement. Secrétaire, ministre, sénateur… et enveloppes, indemnités : Justice sociale en premier, que l’État montre l’exemple. Grille lisible pour les salaires. Transparence des enveloppes et contrôle de l’utilisation. Plus d’exercice salaire limité dans le temps (Pôle Emploi). Revoir le statut financier des maires, pour qu’ils puissent mieux s’investir. Ne plus vendre nos bijoux de famille, cela appartient à chacun, au peuple (ex. : aéroport). Ne plus faire de travaux, ex. : vaisselle, sol, sans l’avis du citoyen.
  • Droits de succession : Revoir les droits sur la succession, toute notre vie nous avons payé. Beaucoup de familles ne peuvent pas payer les droits. Les droits sont payés deux fois (le crédit, les impôts).

3. DÉMOCRATIE ET CITOYENNETÉ

Q1. À qui faites-vous le plus confiance pour vous faire représenter dans la société et pourquoi ?

Groupe 1

En premier lieu aux élus de proximité (conseil municipal, territoire, département, région…), ceux qui sont ACCESSIBLES, ceux qui connaissent le quotidien des citoyens.

Groupe 2

Le maire, pour sa proximité.

Groupe 3

  • De nos jours, à personne (8 d’accord).
  • La déception au fil du temps des élus.
  • Manque de précisions sur les décisions publiques.
  • Les élus : choix engagés par le vote ; une mission, si insatisfaction vote à changer.
  • Élus, syndicats, partis politiques, car c’est la démocratie.
  • Dû à sa proximité.
  • Ou en fonction de l’orientation politique de chacun.

Q2. En dehors des élus politiques, faut-il donner un rôle plus important aux associations, aux organisations syndicales et professionnelles ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
16 15

Q2. Si oui, à quel type d’associations ou d’organisations ? Et avec quel rôle ?

Groupe 1

  • Attention lobbying… détourner les budgets à des profits individuels plus qu‘au collectif.
  • Peut-être à un niveau municipal… mais pas plus haut.

Groupe 2

Culture, sportive, sociétale.

Groupe 3

  • Associations représentatives décisionnaires.
  • Consulter sur les sujets de la société à titre de consultant (à titre consultatif).
  • Être à l’élaboration sur des projets de loi.

Q3. Que faudrait-il faire pour renouer le lien entre les citoyens et les élus qui les représentent ?

Groupe 1

  • Sur l’exemple d’une école qui organise le « Café des parents », lieu d’échanges entre l’école et les parents de façon récurrente, au niveau local.
  • Envisager un partage intercommunal d’info (culture, sport…).
  • Solliciter les actions qui mènent à un plus grand investissement des citoyens à la vie collective.

Groupe 2

Amener les citoyens à participer aux débats avec les élus, plus de communication avec les moyens numériques.

Groupe 3

  • Les élus plus près du terrain et des problèmes quotidiens.
  • Les élus doivent être dans la vie active avant de prendre des fonctions d’élus.
  • Plus d’échanges, de débats, participants actifs.
  • Créer une mobilisation des citoyens.
  • Les élus doivent rendre compte des difficultés.
  • Plus de consultations.
  • Former la jeunesse à l’école. Pour les intéresser : type plateforme libre, avec des sujets proposés, avec des votes libres, type doctolib.

Q4. Le non-cumul des mandats instauré en 2017 pour les députés et sénateurs est :

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Une bonne chose Une mauvaise chose Je ne sais pas
18 2 11

Q4. Pourquoi ?

Groupe 1

  • Mauvaise chose, car coupés du terrain.
  • Ça dépend de la taille de la ville.
  • Ça porte aussi la parole du terrain en haut, pour une petite commune « maire et député ».

Groupe 2

  • Trop de cumuls de mandats empêchent les parlementaires de se mettre à fond sur les dossiers.
  • Pour les salaires cumulés.
  • Diversité pour s’exprimer, donner l’opportunité à d’autres députés de s’exprimer.

Q5. Que faudrait-il faire pour représenter les différentes sensibilités politiques ?

Groupe 1

Cf. 6

Groupe 2

La proportionnelle.

Q6. Faut-il introduire une dose de proportionnelle pour certaines élections ?

Nombre de réponses individuelles :

Législatives ? 35
Régionales ? 32
Départementales 32
Il ne faut pas introduire de proportionnelle 6

Q7. Pensez-vous qu’il est souhaitable de réduire le nombre de députés et sénateurs (= 925) ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
29 2

Q7. Pensez-vous qu’il est souhaitable de réduire le nombre d’autres élus ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
20 11

Q7. Si oui, lesquels ?

Groupe 1

  • Réflexion à modérer entre IDF et province.
  • En IDF plus vraiment nécessaire d’avoir le département.

Groupe 2

Départements, régions.

Groupe 3

Regroupement de plusieurs communes qui ont maximum 500 personnes avec un seul maire.

Q8. Que pensez-vous de la participation des citoyens aux élections et comment les inciter à y participer davantage ?

Groupe 1

L’éducation civique devrait être plus appliquée pour inculquer aux jeunes la nécessité de voter : valable aussi pour les représentants du personnel ; que chacun exprime sa position par le vote au lieu de contrer par les manifestations.

Groupe 2

  • Les citoyens se désengagent de plus en plus des élections (voir question 1).
  • Rendre le vote obligatoire en reconnaissant les votes blancs.
  • La pédagogie diffère des lieux (primaire et après).
  • Inclure le numérique.
  • Débat type théâtral.
  • Conseil des jeunes.

Q9. Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
29 2

Q10 : Faut-il prendre en compte le vote blanc ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
22 2

Q10. Si oui, de quelle manière ?

Groupe 1

  • Majorité de blancs : que fait-on ?
  • Majorité pas atteinte : revote ? jusqu’à ?
  • Quel risque sans contrainte ? 2ème tour au moins 50% des votes exprimés. Si vote obligatoire : le blanc est obligatoirement pris en compte.

Groupe 2

En les comptabilisant en tant que tel.

Groupe 3

  • Rallonger la période de vote.
  • Ajouter le numérique.
  • Comptabiliser le vote blanc.

Q11. Que faudrait-il faire aujourd’hui pour mieux associer les citoyens aux grandes orientations et à la décision publique ? Comment mettre en place une démocratie plus participative ?

Groupe 3

  • Un référendum.
  • Des consultations à différents niveaux : régional, départemental, local.
  • Voir question précédente.

Q12. Faut-il avoir davantage recours au référendum ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
Au niveau national 13 9
Au niveau local 10 11

Q13. Faut-il faciliter le déclenchement du référendum d’initiative partagée (organisé à l’initiative des parlementaires soutenu par une partie des électeurs) et applicable depuis 2015 ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non Je ne sais pas
11 10 2

Q13. Si oui, comment ?

Groupe 1

Si elle existe déjà, à quoi sert-elle ?

Groupe 3

  • En rendant les conditions plus faciles pour accéder au référendum.
  • Plusieurs points différents représentés.

Q14. Faut-il tirer au sort des citoyens non élus pour les associer à la décision publique ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non Je ne sais pas
5 10 8

Q15. Que faudrait-il faire pour consulter plus directement les citoyens sur l’utilisation de l’argent public, par l’État et les collectivités ?

Groupe 1

Il faudrait déjà prendre en compte les études et recommandations de la Cour des Comptes.

Groupe 3

  • Ouvrir le débat avant le conseil municipal.
  • Sous forme de questionnaires distribués.
  • Les collectivités doivent communiquer avec les citoyens

Q16. Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental, doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ?

Ne comprend pas la question.

Q16. Faut-il les transformer ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non

Q16. Si oui comment ?

 

Q17. Diriez-vous que l’application de la laïcité en France est aujourd’hui…

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Satisfaisante À améliorer À modifier profondément
4 11

Q18. Que proposez-vous pour renforcer les principes de laïcité dans le rapport entre l’État et les religions de notre pays ?

Groupe 3

  • Respecter la Loi de 1905 sur la séparation des religions et l’étendre aux autres.
  • Avant de renforcer les principes de laïcité.
  • Cours à l’école primaire.

Q19. Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Groupe 3

Impliquer les enfants dans les écoles des valeurs intangibles de la République, par exemple par des jeux de rôles.

Q20-21-22-23. Que faudrait-il faire aujourd’hui pour renforcer l’engagement citoyen dans la société ? Quels sont les comportements civiques qu’il faut promouvoir dans notre vie quotidienne et collective ? Que faudrait-il faire pour favoriser le développement de ces comportements civiques et par quels engagements concrets chacun peut-il y participer ? Que faudrait-il faire pour valoriser l’engagement citoyen dans les parcours de vie, dans les relations avec l’administration et les pouvoirs publics ?

Q24-25-26. Quelles sont les incivilités les plus pénibles dans la vie quotidienne et que faudrait-il faire pour lutter contre ? Que peuvent faire les pouvoirs publics pour répondre aux incivilités ? Quel pourrait être le rôle de chacun pour faire reculer les incivilités dans la société ?

Groupe 1

  • Manque de sanction sur le non-respect des règles (code de la route, bon voisinage, politesse…).
  • Droits et devoirs de chacun. RESPECT.
  • Cracher par terre.

Groupe 3

  • Les incivilités sur la conduite des véhicules et le comportement en général, sur les déjections canines sur les trottoirs.
  • Verbaliser les incivilités.

Q27-28. Quelles sont les discriminations les plus répandues dont vous êtes témoin ou victime ? Que faudrait-il faire pour lutter contre ces discriminations et construire une société plus solidaire et plus tolérante ?

Groupe 1

  • Vieux.
  • Être une femme européenne en France.
  • La tolérance est devenue dangereuse. Si on tolère, on risque de se faire avoir à terme.

Groupe 3

Contrôles au faciès.

Q29. Pensez-vous qu’il faille instaurer des contreparties aux différentes allocations de solidarité ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non Je ne sais pas
16

Q29. Si oui, lesquelles ?

Groupe 1

Travail d’intérêt collectif, communal, associatif.

Groupe 3

Participation à la vie collective.

Q30. Que pensez-vous de la situation de l’immigration en France aujourd’hui et de la politique migratoire ? Quels sont, selon vous, les critères à mettre en place pour définir la politique migratoire ?

Groupe 1

  • Que la répartition soit égale (Neuilly vs Montfermeil).
  • C’est comme l’alcool, avec modération !!!

Q31. En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ?

Groupe 1

  • Comment gère-t-on les clandestins ? Si visa… qui contrôle les expirations ?
  • Traiter le problème en amont : passeurs !!! Exploitations : travail, logement.

Groupe 3

Fixer des objectifs annuels pour maîtriser le flux migratoire.

Q32. Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

Groupe 3

Aider les pays à l’origine de l’immigration à se développer économiquement pour éviter le flux migratoire.

Q33. Quelles sont, selon vous, les modalités d’intégration les plus efficaces et les plus justes à mettre en place aujourd’hui dans la société ?

Groupe 1

  • Respect des règles.
  • Langue. Culture. Travail…

Groupe 3

Modalités d’intégration : apprendre notre langue et le mode de vie (ex. : les pays scandinaves).

Q34. Y a-t-il d’autres points sur la démocratie et la citoyenneté sur lesquels vous souhaitez-vous exprimer ?

Groupe 1 Réponse libre

Séparation Église-État : cela nous amène à des églises en ruine et des mosquées toutes neuves pas forcément avec des dons privés ; non-respect des règles, mariage à l’église vs mariage à la mosquée, avant pas possible sans mairie, le mariage à la mairie. Refus de répondre au recensement. Problème des regroupements familiaux non surveillés, problème de logement ou relogement (polygamie).

Sujets complémentaires

  • Économie de l’État : Le présence de tous les parlementaires ; 8 accords. Diviser par deux le nombre de parlementaires, sénateurs et députés ; 8 accords. Interdire le cumul des mandats ; 8 accords.
  • L’immigration : Diminuer l’immigration. Revoir la loi sur le regroupement familial. Contrôle aux frontières et rétablissement des frontières. Faire en sorte que les gens puissent vivre dans leur pays ; 8 accords.

4. L’organisation de l’État et des services publics

Q1. Que pensez-vous de l’organisation de l’État et des administrations en France ? De quelle manière cette organisation devrait-elle évoluer ?

Groupe 1

  • Meilleure gestion de l’argent public.
  • Réduire les ministres, sénateurs, députés. Réduction des doublons, des tâches. Pas de cumul de mandat. Diminuer le train de vie des anciens présidents de la République. Plus de coordination et d’esprit d’équipe. Beaucoup trop de paperasse.
  • Évolution vers plus de personnel de terrain (communes, intercommunalités, hôpitaux). Voir au cas par cas le nombre de personnels utiles aussi bien dans les communes que les intercommunalités. Suivant l’âge des personnes, la grandeur de la ville : choix de terrain.

Groupe 2

  • Manque d’informations sur qui fait quoi et comment avoir le bon interlocuteur.
  • Multiplication des strates qui ont fait perdre la notion de compétence.
  • Simplification en partant de la commune, 1er niveau de proximité.
  • Rendre le pouvoir à la commune.

Groupe 3

  • Trop compliqué, trop de documents administratifs.
  • Ne sait pas où s’adresser. Ne trouve pas d’interlocuteur.
  • Simplification dans l’établissement des documents trop complexes.
  • Pas assez de personnel.
  • Horaires non adaptés aux salariés.
  • Téléphone sans réponse…
  • Formation du personnel, nombre suffisant et compétent. Ex. : peut-être licencier ou pas ? aucun interlocuteur, assistante sociale se décommande.

Q2. Diriez-vous que vous savez quels sont les différents échelons administratifs (État, collectivités territoriales comme la Région, la commune, opérateurs comme par exemple Pôle Emploi ou la CAF) qui gèrent les différents services publics de votre territoire ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
13 16

Q3. Pensez-vous qu’il y a trop d’échelons administratifs en France ?

Oui Non
25 4

Q4. Quels sont les niveaux de collectivités territoriales auxquels vous êtes le plus attaché ?

Nombre de réponses individuelles – plusieurs choix possibles :

La région Le département La commune L’intercommunalité
5 8 28 18

Q5. Selon vous, l’État doit-il aujourd’hui transférer de nouvelles missions aux collectivités territoriales ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
15 8

Q5. Si oui, lesquelles ?

Groupe 1

S’il y a plus de moyens, il n’y a pas de problème.

Groupe 2

  • Redonner aux communes les compétences transférées aux territoires.
  • Les territoires doivent être utiles sur la mutualisation de moyens.

Groupe 3

Santé, hôpitaux, sécurité routière, DDE.

Q5. Si non, quels types de services publics vous manquent dans votre territoire et qu’il est nécessaire de renforcer ?

Groupe 1

  • Au niveau local, on voit mieux les besoins que de loin.
  • Il manque la gestion des priorités locales.

Groupe 3

SNCF achat de billets.

Groupe 4

Antennes des services nationaux : CAF, CPAM, La Poste… pour traiter les dossiers, services publics de proximité.

Q6. Estimez-vous avoir accès aux services publics dont vous avez besoin ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
21 8

Q7. Lorsqu’un déplacement est nécessaire pour effectuer une démarche administrative, quelle distance pouvez-vous parcourir sans difficulté ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Jusqu’à 5 km Jusqu’à 10 km Jusqu’à 15 km Jusqu’à 20 km Plus de 20 km
28 1

Q8. Pour accéder à certains services publics, vous avez avant tout des besoins…

Nombre de réponses individuelles – plusieurs choix possibles :

Téléphoniques 9
Numériques 20
Physiques pour pouvoir vous rendre sur place 21

Q9. Quels nouveaux services ou quelles démarches souhaitez-vous voir développés sur Internet en priorité ?

Groupe 1

  • Internet ne répond pas du tout.
  • Les numéros doivent être gratuits.

Groupe 2

  • Il y en a trop.
  • Il est difficile d’avoir parfois des réponses, même par internet.
  • Services satisfaisants.

Groupe 3

  • Personnellement rien, on préfère le contact humain avec un interlocuteur compétent et formé.
  • Mais mettre en place le dossier médical partagé, le fichier centralisant tout ce qui concerne l’état civil, afin qu’il n’y ait pas de redondance à chaque administration.

Q10. Si vous rencontrez des difficultés pour effectuer vos démarches administratives sur Internet, de quel accompagnement souhaiteriez-vous bénéficier ?

Nombre de réponses individuelles – plusieurs choix possibles :

Une formation numérique Une aide téléphonique Une prise en charge par un agent
2 16 20

Q10. Si prise en charge par un agent : seriez-vous d’accord pour qu’un agent public effectue certaines démarches à votre place ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
13 16

Q11. Pour chacun des nouvelles formes de service public suivantes, pensez-vous qu’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise chose ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Bonne chose Mauvaise chose
Le regroupement dans un même lieu de plusieurs services publics (maisons de services public) 27
Les services publics itinérants (bus de services publics) 27
Les services publics sur prise de rendez-vous 22 5
Les agents publics polyvalents susceptibles de vous accompagner dans l’accomplissement de plusieurs démarches quelle que soit l’administration concernée 27 2

Q12. Avez-vous déjà utilisé certaines de ces nouvelles formes de services publics ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
21 6

Q12. Si oui, en avez-vous été satisfait ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
23 4

Q12. Quelles améliorations préconiseriez-vous ?

Groupe 1

  • Plus de rapidité pour avoir un rendez-vous.
  • Des heures adaptées, car ceux qui travaillent préfèrent en soirée.
  • Meilleure formation des agents.

Groupe 2

Accompagnement numérique pour les personnes n’ayant pas les compétences.

Groupe 3

Moins de délais d’attente.

Groupe 4

  • Dans les MSP, les agents doivent traiter les dossiers, pas seulement les réceptionner.
  • Les plateformes de rendez-vous ne fonctionnent pas toujours.

Q13. Quand vous pensez à l’évolution des services publics au cours des dernières années, quels sont ceux qui ont évolué de manière positive ?

Groupe 1

Dégradation

Groupe 2

?

Groupe 4

Aucun.

Q14. Quels sont les services publics qui doivent le plus évoluer selon vous ?

Groupe 1

  • Les hôpitaux et les écoles.
  • Les services aux personnes âgées (EHPAD, maisons de retraite…).

Groupe 2

  • L’éducation : 6. Les transports : 4. La santé : 5.

Groupe 3

  • Urgences hôpitaux.
  • Impôts.
  • École (remplacement des enseignants).
  • Justice.
  • Services sociaux.
  • ANPE.

Groupe 4

  • Hôpitaux, services de santé : bon niveau, bons professionnels, mais manque de moyens humains et matériels.
  • Transports : désenclavement en cours, mais très lent, manque d’investissements.
  • MDPH : délais de réponse trop longs.

Q15. Avez-vous déjà renoncé à ses droits / des allocations en raison de démarches administratives trop complexes ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
16 11

Q16. Dans vos rapports à l’administration (recherche d’emploi, de formation, scolarisation des enfants, préparation de la retraite, remboursement des soins de santé, demande d’aide pour une situation de handicap), pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction ou/et les difficultés que vous avez rencontrés en précisant pour chaque point de satisfaction et pour chaque difficulté l’administration concernée ?

Groupe 1

  • Pas de réponse et mal adaptée pour Pôle emploi.
  • Montage de dossier lorsqu’il y a plusieurs sociétés pour la retraite.
  • Difficulté pour la prise de rendez-vous, pour son temps d’attente dans la médecine (santé).
  • Lutte permanente pour les personnes handicapées.

Groupe 2

  • Préparation à la retraite : problèmes pour valider le dossier complet.
  • MDPH : 2 ans pour examiner un dossier.

Groupe 3

  • Sécurité sociale : trop de papiers et de démarches stériles. Mauvaise coordination des services.
  • Impôts : incompétence face à des cas complexes, problème non résolu 10% (abus de pouvoir).

Groupe 4

  • CPAM : complexité, absence de lisibilité pour savoir ce qui bloque un dossier.
  • CNAV : 1 lieu d’accueil pour tout l’est de l’Ile-de-France.
  • Parcoursup : complètement dématérialisé, dispositif compliqué

Q17. Connaissez-vous le « droit à l’erreur », c’est-à-dire le droit d’affirmer votre bonne foi lorsque vous faites une erreur dans vos déclarations ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
18 11

Q17. Si oui, avez-vous déjà utilisé ce droit à l’erreur ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
10 17

Q17. Si oui, à quelle occasion en avez-vous fait usage ?

Groupe 1

À l’occasion des impôts.

Groupe 2

Déclaration d’impôt.

Groupe 3

Impôts par inadvertance, de bonne foi, ce n’est plus une erreur.

Groupe 4

  • Utilisé, mais pas reconnu par l’administration.
  • « Comme au Casino, toujours la maison qui gagne ».

Q18. Pouvez-vous identifier des règles que l’administration vous a déjà demandées d’appliquer et que vous avez jugées inutiles ou trop complexes ?

Groupe 1

Les justificatifs divers.

Groupe 3

  • Arrêts de travail horaires de sortie.
  • Application des 80 km/h.

Groupe 4

  • Extrait d’acte de naissance ou certificat de nationalité en cas de renouvellement de pièce d’identité (alors qu’il y a déjà eu des documents fournis la 1ère fois).
  • Payer une amende avant de la contester (Trésor Public).
  • Être obligé de déposer plainte pour éviter une amende transport pour faire suite à une usurpation d’identité (STIF).

Q19. Faut-il donner plus d’autonomie aux fonctionnaires de terrain ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
4 12

Q19. Si oui, comment ?

Groupe 1

Cela dépend des fonctionnaires de terrain.

Groupe 4

Question pas claire ; risque d’inégalité sur le territoire ? risque d’abus de pouvoir ? Attention autonomie.

Q20. Faut-il revoir le fonctionnement et la formation de l’administration ?

Nombre de réponses individuelles – 1 seul choix possible :

Oui Non
15

Q20. Si oui, comment ?

Groupe 1

Améliorer la formation et la coordination.

Groupe 3

Examens de contrôle réguliers.

Q21. Comment l’État et les collectivités territoriales peuvent-ils s’améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficultés ?

Groupe 3

  • Tenir compte de la vie, du quotidien des personnes dans chaque région.
  • À partir de cette analyse, modifier la situation.

Groupe 4

  • Suppression des territoires.
  • Moyens à la hauteur des missions.
  • Respect des collectivités territoriales.

Q22. Y a-t-il d’autres points sur l’organisation de l’État et des services publics sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Complément groupe 2

Ce questionnaire ne permet pas de débattre du point de départ initial au « Grand Débat » : le pouvoir d’achat de la population. Ce Grand Débat provoqué par de fortes manifestations de mécontentement ferme la discussion sur le pouvoir d’achat qui a dégringolé pour l’ensemble de la population. Problèmes du chômage et de l’accès à l’emploi pérennes. Manque de moyens financiers sur la justice, la police. Revoir le point d’indice des fonctionnaires. Perte de la valeur de la fonction par perte du respect.

Complément groupe 3

Simplification des démarches administratives avec une décentralisation sur les territoires. Garder le contact humain avec beaucoup de communication. Encouragement au déploiement de technologies en cours : ex. dossier médical en cours, création de la 5ème branche de l’assurance maladie (maintien des personnes âgées à domicile). Maisons de retraite. Chasse aux fraudes (carte vitale, travail non déclaré). Création 5ème branche de l’assurance maladie (structure maintien à domicile personnes âgées si elles le souhaitent).

5. Sujets complémentaires

  • Aménagement de l’espace public : 5 personnes
  • L’information : La redevance. Les grands groupes d’information.
  • Les injustices : Les grands groupes. EDF. Véolia. La transition écologique. Les groupes financiers, de télécommunication.
  • Les jeunes, l’apprentissage : Démarrage dans la vie. Les contrats à durée déterminée. L’emploi des jeunes. Le logement. Les démarches pour employer. Inadéquation formation-emploi. « Trop administratif ». Éducation à distance. Développement des appartements pour les jeunes. Mixité intergénérationnelle. Les salaires des jeunes.
  • Les priorités, les intérêts privés : Les entreprises, la spéculation immobilière ; l’offre et la demande.
  • Le Grand Paris : Projet de construction, de transports, transports du quotidien. Projets à long terme : voir loin !
  • Vie professionnelle : L’avenir du travail salarié. La formation tout au long de la vie. Évolution des carrières. Perspectives d’avenir. Évolution numérique.
  • Les PME : Le risque. La loi du plus fort. Les faillites. La cession d’entreprises.
  • Les paysans : Les choix économiques. L’économie de proximité. Le bio. INRA. Consommation saisonnière.
  • Les formations des jeunes : Le secourisme. Aider l’autre. Apprentissage de la vie (cuisine, enfants manger mieux). Bénévolat. Amélioration de l’environnement. Chantier de jeunesse.  Échanges et non assistanat. DONNER DU SENS AUX JEUNES. TUTORAT.
  • L’Europe : L’Europe sociale, égalité fiscale, salariale pour éviter la concurrence déloyale. Lutter contre les paradis fiscaux.
  • Mieux accompagner les personnes atteintes d’un cancer ou longue maladie : Personnes de soutien. Aide morale. Éviter l’isolement. Égalité de traitement pour toutes les personnes. 8 personnes d’accord sur le sujet.
  • Que la loi sur la fin de vie soit révisée et identique à la loi belge ou suisse et que l’on puisse décider nous-mêmes de dire stop et ainsi ne pas passer 10 ans Alzheimer : Après discussion 4 personnes demandent la révision et 4 non.
  • Le Grand Débat : Quels sont le sort et l’exploitation des résultats des débats sur tout le territoire ? Quel sera l’encadrement juridique et légal des dépouillements des débats ? 8 accords.
  • L’Éducation nationale et formation : Double dans les classes incohérent. Trop de fermetures de classe. Ne pas changer de réforme à chaque nouveau ministère, voir l’efficacité sur plusieurs années. Donner aux profs la possibilité d’être formés pour détecter la maltraitance en général. Politique incitative pour les employeurs ; quota jeunes, comme les travailleurs handicapés.
  • Placement des enfants à l’ASE : Plus de moyens financiers et en personnel. Arrêter de fermer les structures et ne faire que de l’urgence. Que chaque enfant placé, s’il le désire, puisse bénéficier d’un avocat. Que le conseil général s’investisse plus.
  • Commerce et loisirs : Plus de commerces de proximité, plus diversifiés dans le centre-ville. Plus de lieux pour accueillir la jeunesse, cause nationale, pour éviter la délinquance. Trop de places payantes pour se garer, ne favorise pas les commerces.
  • HLM : Procédure trop compliquée et trop longue, même pour les échanges. Revoir le moyen d’attribution.