• Suivez-nous sur
  • YouTube
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook

Montfermeil dit non aux pesticides de synthèse

La commune de Montfermeil est la première commune de Seine-Saint-Denis à se positionner sur l’utilisation de pesticides de synthèse, dont le glyphosate.

Le maire de Montfermeil a signé lundi 9 septembre un arrêté municipal interdisant l’utilisation de pesticides de synthèse et produits à base de glyphosate sur le territoire de la commune. Cet acte vise à la fois à protéger la population et à obtenir du gouvernement une interdiction totale de ces produits, applicable à l’ensemble des utilisateurs.

Cet arrêté municipal se situe dans la continuité des actions de la Ville pour protéger les habitants, l’environnement et la protection de la biodiversité qu’elle promeut par ailleurs par des cours de permaculture, apiculture.

Communiqué de presse

Le maire de Montfermeil prend un arrêté interdisant l’utilisation des pesticides de synthèse et de glyphosate sur le territoire de la commune.

Le maire de Montfermeil a signé lundi 9 septembre un arrêté municipal interdisant l’utilisation des pesticides de synthèse et des produits à base de glyphosate sur le territoire de la commune. Cet acte vise à la fois à protéger la population et à obtenir du gouvernement une interdiction totale de ces produits, applicable à l’ensemble des utilisateurs. C’est une question de cohérence.

En effet, certains utilisateurs tels que les collectivités publiques ne sont plus autorisées depuis 2017 à utiliser des produits phytosanitaires chimiques pour l’entretien de leurs espaces verts. Cette interdiction concerne également les particuliers, depuis le 1er janvier 2019.

Les collectivités publiques n’ont pas moins d’hectares à entretenir et à embellir que bien d’autres professionnels. Cette interdiction justifiée par la haute dangerosité de ces produits pour l’Homme et l’environnement, clairement établie par la communauté scientifique, aurait dû être étendue aux autres utilisateurs potentiels de ces produits : professionnels des espaces verts, entreprises, bailleurs privés et publics notamment. La question de l’agriculture de subsistance mérite néanmoins des accompagnements spécifiques. Mais le Gouvernement, de manière incohérente, a renoncé à cet engagement, et renvoyé une éventuelle interdiction générale à 2021 dans le meilleur des cas.

Cet arrêté traduit la volonté de la Ville de Montfermeil de s’engager pour une ville « zéro glyphosate », dans le cadre de la charte de la « Métropole Nature », sans attendre l’adoption de mesures nationales s’imposant à l’ensemble des utilisateurs en France.

Nonobstant le sort qui pourrait être réservé à cet arrêté, la Ville de Montfermeil communiquera en direction de tous les organismes, entreprises et institutions encore concernés par l’emploi de ces produits son désir que ces derniers trouvent des alternatives à l’instar de ce que les services municipaux font depuis deux ans.

Cet arrêté municipal se situe dans la continuité des actions de la Ville de Montfermeil pour protéger les habitants, l’environnement et la biodiversité qu’elle promeut par ailleurs par des cours de permaculture, apiculture.

çankaya escort