Site officiel de la Ville de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Découvrir la ville > Montfermeil dans l’Histoire

Article

Montfermeil des origines à nos jours

Montfermeil des origines à 1793
Le château
Le nom de Montfermeil est écrit pour la première fois, en 1122, sous la forme de Montefirmo et, en 1124, sous celle de Montfermolio dans le Cartulaire Général de Paris. Puis, il est cité en 1165 lors de la fondation du Prieuré du Val Adam. Dans ce document, le seigneur ajoute à son nom celui de sa terre : Adam de Montfermeil.
En 1605, Hilaire Lhoste, conseiller, notaire et secrétaire du Roi, de confession protestante, acquiert le domaine de Montfermeil. En juillet 1611, pendant la Régence de Marie de Médicis, Montfermeil est érigé en châtellenie par cette dernière en faveur d’Hilaire Lhoste en remerciement de ses bons et loyaux services. En 1678, Antoine Pelissier, Conseiller-Secrétaire du Roi rachète le domaine et commence la construction du château. Michel de Chamillard, alors intendant des finances sous Louis XIV, en devient propriétaire en 1695 et termine les travaux. Devenu Secrétaire d’État à la guerre, protégé de Madame de Maintenon, Chamillard désireux d’acquérir un autre château plus spacieux, vend Montfermeil le 26 juin 1701 au Directeur de la Compagnie des Indes, Michel Bégon et son frère François.
C’est en 1735 que Jean Hyacinthe Hocquart acquiert les biens de Montfermeil. Vers 1764, son fils Jean-Hyacinthe-Emmanuel, chevalier, conseiller d’honneur au Parlement, Premier Président en la seconde Chambre des Requêtes devient le premier Marquis de Montfermeil, Coubron, Gagny, Maison Rouge et autres lieux.
En 1790, Montfermeil compte 720 habitants et Joseph Binet de Varennes devient le premier maire (1790-1791) ; le curé, Pierre de Riencourt, en fonction depuis 1768, est destitué en 1771. En 1792, la municipalité s’installe dans la maison des Carneaux (construite depuis 1540). Fuyant l’agitation, le marquis se réfugie en province près de Toulouse avec sa famille. Considéré comme émigré, ses biens sont saisis en 1793 comme bien national et sont acquis par le Général d’Empire Loison.
Montfermeil de 1804 à 1945
JPEG - 90.1 ko
Propriété Poirier
Les maires se succèdent, et le 6 avril 1804, la marquise de Montfermeil apportant la preuve qu’elle n’a pas émigré, peut racheter le domaine. En 1820, Montfermeil compte 800 habitants, 544 hectares de terre sont en culture.
A partir de 1842, le château est loué à diverses personnalités dont le Prince Adam Czartoryski, premier président de la République de Pologne. A cette époque, quelques propriétés bourgeoises se construisent autour de l’église, rebâtie en 1820 sur les vestiges du XIIème siècle. En 1848, la population atteint le chiffre de 980 habitants.
Pendant le second Empire, les maires de la ville sont d’importants propriétaires, des notables ayant de grosses situations et de la fortune. De 1868 à 1870, est installée le tramway -dont le premier monorail au monde dit le Larmanjat en 1868-, puis le tramway à voie métrique en 1890. Avec la guerre entre la France et la Prusse en juillet 1870 et l’invasion allemande à Montfermeil, c’est la débâcle. Les Montfermeillois se réfugient à Paris et la municipalité enterre les archives de la ville. Les Prussiens y resteront 369 jours.
7 îles Guinguette
En 1896, Montfermeil compte 1 188 habitants groupés dans le centre et autour de l’église. Montfermeil devient à la mode et a la réputation de « banlieues vertes et heureuses ». Avec la création de nouveaux quartiers comme Franceville et les Coudreaux apparaissent des architectures de villégiature construit avec des matériaux à la mode : la brique, la meulière…etc. Ainsi, en 20 ans, Montfermeil évolue profondément et passe de 2000 habitants en 1919 à plus de 6000 en 1939. Abandonné et en ruine, le château est démoli en 1928. Un groupe scolaire est construit sur une partie de son emplacement. Le 25 juin 1935 est inauguré l’hôpital intercommunal de Montfermeil. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands occupent la ville le 14 juin 1940 et les Américains la libèrent le 27 août 1944.
Montfermeil de 1945 à nos jours
Cependant, alors que les nouveaux Montfermeillois s’installent dans des pavillons jusqu’en 1954, se dressent les premiers immeubles collectifs d’après-guerre. Puis en 1958 s’élèvent 40 logements H.L.M. Des ensembles pavillonnaires sont réalisés à Franceville. Et en 1960, la société anonyme immobilière « Les Bosquets » présente un programme de 1600 logements.
Place Notre Dame des Anges
Au recensement de 1990, la ville comptabilise 25562 habitants. Après une politique communiste, la ville élit une majorité de diverses droites en la personne de Monsieur Pierre Bernard en 1981. Son mandat a été renouvelé une troisième fois aux élections municipales de 1995. Un programme d’amélioration et de re-dynamisation du quartier des Bosquets est en cours avec la mise en place de Montfermeil en zone franche. Une politique de préservation du patrimoine historique est également engagée. En effet, certains édifices peuvent être appréciés tels que le Musée du Travail et des outils d’autrefois, le Moulin du Sempin restauré, l’Église Saint Pierre-Saint Paul du XIIIème siècle, le Château des Cèdres et les fontaines Lassault et Jean Valjean. Lors des élections municipales de 2001, M. Bernard est reconduit dans ses fonctions de Maire, et en 2002, il donne son investiture à M. Xavier Lemoine son 1er maire-adjoint. Ce dernier est élu en 2008.

Sources : Association Montfermeil Information Municipale, Montfermeil en Seine-Saint-Denis, 1982, Aveyron, 252 p. Collection des revues trimestrielles du Vieux Montfermeil et sa région de la société historique de la ville, musée du travail. Inventaire des archives municipales antérieures à 1945, Archives Municipales de Montfermeil, 1995. Martin Grégory, Montfermeil, un village sur la route de rien : la modernisation d’une société rurale au XIXème siècle (1816-1904), Mémoire de master 2 Université Paris-Est Marne la Vallée, 2008-2009, 248 p.

Rechercher sur ce site :
{Site officiel de la Ville de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional