Site officiel de la Ville de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)     Retour au mode normal     

Choix du style d'écriture
Couleur du fond Police Couleur de la police Taille de la police Couleur des liens
Accueil > Découvrir la ville > Montfermeil dans l’Histoire

Article

Dix des personnalités liées à Montfermeil

François Poisson (1727-1781) : futur Marquis de Marigny et père - sans filiation biologique- de la Marquise de Pompadour, favorite du roi Louis XV, il se marie au petit château en 1715 en premières noces avec Melle Le Carlier.
Source : Association Montfermeil Information Municipale, Montfermeil en Seine-Saint-Denis, 1982, p.54
Victor Hugo (1802-1885) : écrivain français. En 1845, pris en flagrant délit d’adultère, jeune pair de France, il est prié de s’éloigner quelques temps de Paris. Avec Juliette Drouet, il monte dans une diligence à Pantin qui prend la direction de Chelles où il séjourne, dans l’auberge de l’ancienne abbaye. Son poème sur le moulin de Chelles est en fait celui de Montfermeil. En 1862, il publie les Misérables qui popularise la ville, lieu de la rencontre entre Cosette et Jean Valjean devant la fontaine Buisson, rebaptisée Jean Valjean.
Paul de Kock (1793-1871) : en 1827, il publie la laitière de Montfermeil qui, près de 40 ans avant Victor Hugo, fait connaître à la France entière le nom de ce village. On y pleure ou on y sourit au spectacle des amours contrariées de Denise, la petite laitière, et d’Auguste, le riche bourgeois.
Philippine de Fleurieu :en 1812, le château des Cèdres appartient à Philippine de Fleurieu, née Calixte Sanson de Sansal, épouse séparée de Jean Jacques Claret de Fleurieu, neveu d’un ministre de la Marine de Louis XVI. Elle occupe une place importante à la cour impériale puisqu’elle est dame de compagnie auprès de Madame Mère, Marie Letizia Bonaparte, mère de l’Empereur. Connue pour être une femme de goût mais très dépensière, elle fait remanier le parc et la décoration intérieure du château des Cèdres, selon le style antique dont raffole le premier Empire : elle fait sculpter six bas-reliefs, sur des dessus-de-porte représentant Vénus, Diane et l’Amour. Ils sont ciselées dans du gypse, ce plâtre de Paris réputé pour sa finesse et sa dureté, dont le sous-sol de Montfermeil était grand producteur.
Jean-Baptiste Clément (1836-1903) : né dans une famille aisée, fils d’un riche meunier de Montfermeil, il quitte très jeune le foyer. A l’âge de 14 ans, il exerce le métier de garnisseur de cuivre. Il rejoint ensuite Paris où il côtoie des journaux socialistes comme Le Cri du peuple de Jules Vallès. Il collabore vers 1860 au journal La Réforme puis fonde Le casse-tête qui lui vaut deux mois de prison pour cette publication en septembre 1870. En 1871 il est élu maire de Montmartre, et s’enfuit contraint à Londres en mai 1871. Il séjourne entre mai 1875 et novembre 1876 chez ses parents à Montfermeil en clandestinité. Il écrit en 1866, la chanson, "le Temps des cerises" qui évoque à la fois les fruits rouges de la fin mai et les derniers jours de la Commune de Paris qui succomba elle aussi au temps des cerises. Il meurt le 23 février 1903 et est enterré au Père Lachaise.
Source : Le Vieux Montfermeil et sa région, n°40, avril 1968, p.1-7
Jean-Camille Formigé (1845-1926) : architecte arlésien, il a conçu la grande serre du jardin des Serres d’Auteuil à Paris, deux palais pour l’exposition universelle de 1889, des squares parisiens et plusieurs monuments du cimetière du Père-Lachaise. Membre de l’Académie des beaux-arts en 1920, il donne naissance à Jules Formigé.
Jules Formigé (1879-1960) : né à Paris le 23 juin 1879 et mort lors d’un naufrage à Ploubazlanec le 17 août 1960, il est également architecte. Membre de l’Académie des beaux-arts en 1947, il a travaillé pour des monuments antiques du Midi de la France, l’abbaye de Saint-Denis, les arènes de Lutèce en 1915-1916 dont on doit la sauvegarde à Victor Hugo en 1883. En 1926, sa femme, Yvonne Célérier, reçoit en legs la propriété de Formigé. En 1929, il commence la restauration de l’église. Leur fils, Robert Formigé, hérite à son tour du domaine, alors appelé "domaine formigé". En 1963, le château vétuste est détruit et Robert Formigé fait construire la maison actuelle.
Franz Funck Brentano (1862-1947) : conservateur à la bibliothèque de l’Arsenal en 1885, il s’intéresse à l’histoire de la Bastille et à la pratique des lettres de cachet sous l’Ancien Régime. Cette spécialité l’amène à écrire des livres très documentés sur des affaires célèbres telles que l’homme au masque de fer, l’affaire des poisons ou du collier de la reine qui remportent de grands succès de librairie. Il publie également pièces de théâtre, ouvrages de vulgarisation historique et collabore à Minerva, revue d’histoire et de critique littéraire nationaliste et monarchiste, à l’Action française de Charles Maurras. Élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1928, il est également président de la Société des études historiques. Il habite cinquante ans durant à Montfermeil, dans une maison construite sous le premier Empire, 62 rue Delagarde. Son fils Christian Funck-Brentano (1894-1966) est l’un des fondateurs du journal Le Monde.
Eugène Vachette dit Chavette (1827-1902) : fils du restaurateur parisien Joseph Vachette, propriétaire des cafés littéraires le Brébant-Vachette et le café Vachette, il commence à écrire à l’âge de trente-huit ans et collabore au Figaro, au Tintamarre et à l’Événement. Écrivain humoriste, il présente sur un mode léger et burlesque de petites histoires dont la moralité s’accommode de macabre et de scabreux et écrit plusieurs romans policiers comme le Procès Pictompin, la Bande de la belle Aliette, la Chambre du crime. A Montfermeil, il résidait 20 rue des Perriers.
Daniel Perdrigé (1900-1942) : Maire de Montfermeil, il est fusillé le 15 décembre 1941, avec 99 otages au Mont-Valérien. Il résidait rue Victor Hugo.
Lucien Noël (1870-1953) : historien natif de Montfermeil, il consacre près de cinquante ans à publier quatre volumes sur Montfermeil et sa région parus de 1931 à 1938.
Charles Peyre (1921-1989) : président du syndicat d’initiative créé en 1922, il lance le bulletin le Vieux Montfermeil et sa région. Il découvre entre 1983 et 1989 des pièces de céramiques des XIIIème et XIVème siècles autour de Notre-Dame-des-Anges.
Source : Le Vieux Montfermeil et sa région, n°125, 3ème trimestre 1989, p.1-28

Rechercher sur ce site :
{Site officiel de la Ville de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)} {Plan du site} W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0 Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional